Travaux en cours

A travers les groupes de travail animés par la MRIE…

 

Si vous souhaitez être informés ou participer aux réflexions d’un groupe de travail...

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.N'hésitez pas à nous contacter ou à nous faire part de votre expérience par mail : Vos témoignages, expériences, pratiques, points de vue, critiques nous sont précieuses !

Merci d'avance.

 

A travers les groupes de travail animés par la MRIE…

 

Si vous souhaitez être informés ou participer aux réflexions d’un groupe de travail...

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.N'hésitez pas à nous contacter ou à nous faire part de votre expérience par mail : Vos témoignages, expériences, pratiques, points de vue, critiques nous sont précieuses !

Merci d'avance.

 

Evaluation des emplois d'avenir

 

Engagée dans le dispositif des emplois d’avenir, la ville de Villeurbanne effectue une évaluation des effets du dispositif afin d’analyser le positionnement de la collectivité. Elle porte tant sur ses effets pour les bénéficiaires que pour la mairie.
La MRIE accompagne cette évaluation sur les volets qualitatifs et quantitatifs par la conduite d’entretiens auprès de jeunes en Emplois d’Avenir et par un appui méthodologique et réflexif sur la mise en place d’un questionnaire auprès de l’ensemble des jeunes concernés.

 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour la MRIE : Annaïg Abjean

 

Engagement des jeunes

 

La MRIE débute une étude sur l’engagement des jeunes en difficulté dans les dispositifs déjà existants (service civique, mobilité internationale, chantiers jeunes, …), mais surtout au-delà, pour comprendre, auprès des jeunes, dans quoi et comment ils s’engagent en fonction de la situation dans laquelle ils sont.

Concrètement, l’étude veut saisir une pluralité de formes d’engagement et en déterminer les motivations et incidences dans le parcours des jeunes rencontrés. Cela revient à se questionner sur ce qui les motive à effectuer une telle mise en gage, à prendre un tel risque. Cela consiste aussi à se demander quelle part d’eux-mêmes ils engagent (la totalité de leur être ou leur statut social, etc.), les coûts, bénéfices et promesses vécus et attendus de cette mise en gage, le pari qu’ils font en terme d’investissement et auprès de qui ils sont prêts à le faire.

 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour la MRIE : Élodie Jouve

 

Expérimentation sur l'emploi des jeunes

 

Accompagnement d’un territoire sur une expérimentation. Celle-ci est destinée à trouver de nouvelles manières d’accompagner les jeunes vers l’emploi et vise ceux pour qui les dispositifs n’ont pour l’instant pas fonctionné. La particularité de cette expérimentation est de réfléchir avec les jeunes eux-mêmes, les professionnels de l’accompagnement des jeunes et les entreprises volontaires.

 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour la MRIE : Laurence Potié
 

Enquête régionale sur le reste pour vivre

 

En tant qu’acteur local de proximité, les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) sont en contact direct et régulier avec les personnes parmi les plus pauvres. En partenariat avec eux a été réalisée en 2013 une enquête sur le reste pour vivre. Ce travail effectué à partir de demandes d’aide facultative, a fourni des informations riches sur la répartition financière des recettes et dépenses contraintes des ménages. Il a donné lieu à plusieurs publications et a permis d’alimenter des débats nationaux sur la situation des ménages précaires.

Convaincu de la pertinence de renouveler ce travail, l’UDCCAS du Rhône et de la Métropole, la MRIE et les UDCCAS de l’Ardèche, l’Isère, la Loire, la Haute-Savoie, la Savoie se sont associés pour mettre en place une deuxième édition de l’enquête reste pour vivre, à partir d’une méthodologie et d’un questionnaire revisité. Au cours de l’année 2016, 111 CCAS reflétant des territoires socio-économiques et démographiques divers ont participé à l’étude pour près de 900 ménages de demandeurs d’aide facultative interrogés, en détail, sur leur budget. Une première synthèse régionale est parue dans le dernier Dossier biennal de la MRIE (p. 120 à 131). Une publication approfondie présentera une approche territoriale et sera publiée en mars. Des restitutions sont déjà prévues en Isère (14/3/2017) et dans la Loire, d’autres seront encore organisées courant 2017 par le binôme UDCCAS69-MRIE. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour la MRIE : Flora Perrier

 

Evaluation de l'utilité sociale de l'insertion

 

Le PLIE de Lyon, la Métropole de Lyon et la Direccte ont souhaité interroger l’évaluation de l’insertion selon le seul critère des sorties positives à l’emploi : de nombreuses remontées « du terrain » font régulièrement état de parcours constructifs, pour autant sans sortie positive à l’emploi dans l’immédiat, ou encore de sorties positives à l’emploi qui se réalisent après plusieurs « passages » intermédiaires. L’enjeu est donc de donner à voir l’ensemble des apports de l’insertion, et pas uniquement ceux liés au retour à l’emploi. Pour travailler cette question, ils ont demandé à Hélène Duclos (TransFormation Associés) d’ évaluer cette utilité sociale avec des professionnels de l’insertion, à l’ISEOR (Institut de socio-économie des entreprises et des organisations) et la MRIE de réaliser une évaluation socio-économique des coûts et performances cachés de l’action d’insertion de 2 structures pilotes, et à la MRIE d’identifier l’utilité sociale de l’insertion du point de vue des personnes en insertion (un point d’étape est présenté en p.362 du dossier 2016). Chacun réalisera une partie du travail en mobilisant ses propres méthodes. Un rapport sera finalisé en juin 2017.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour la MRIE : Annaïg Abjean

Expérimentation "Territoires Zéro chômeur de longue durée"

 

En février 2015, une loi "Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée" a été votée à l’unanimité au Parlement en vue de mettre fin au chômage de longue durée (supérieur à 1 an). Pour cela, une expérimentation sera conduite pendant 5 ans puis évaluée dans 10 territoires, avant d’être étendue plus largement. Sur notre région, 2 territoires ont été retenus : Thiers et Villeurbanne. La MRIE accompagne l’expérimentation sur le quartier Saint-Jean de Villeurbanne, et suit également la démarche initiée sur Thiers. Par ailleurs, d’autres territoires ont été candidats, ont réalisé un énorme travail sur leurs territoires sans pour autant être retenus pour cette première expérimentation : la communauté de communes Pays de l’Herbasse, la communauté de communes cœur de Savoie et Le Teil. Ces territoires imaginent actuellement d’autres options pour continuer d’agir avec les personnes mobilisées dans la phase de candidature, la MRIE et ATD Quart Monde sont à leurs côtés. 

 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour la MRIE : Annaïg Abjean

Indicateurs d'alerte

 

Autour de la thématique « indicateurs d’alerte », la MRIE anime un groupe de travail réunissant différentes associations et institutions depuis 2014. Convaincus que les acteurs en lien avec les personnes vivant des situations de pauvreté capitalisent une expertise riche et fine sur la pauvreté et qu’en ce sens ils peuvent donner « l’alerte », le groupe a formalisé des questions à poser à ces acteurs. 401 retours de questionnaires, provenant essentiellement d’acteurs exerçant dans le milieu parapublic ont été traités l’été 2016. Un article du Dossier biennal de la MRIE (p. 154 à 163) porte précisément sur les retours apportés par les acteurs. En 2017, le groupe a décidé de développer une enquête de conjoncture sur le sujet, c’est-à-dire d’interroger, tous les 6 mois, un échantillon d’acteurs sur quelques questions précises portant sur la nature et l’évolution de la pauvreté. En parallèle, des entretiens plus approfondis devraient être menés et apporter un éclairage complémentaire.